Description du projet

Appel de secours : réservez-les aux vraies URGENCES…

Premier maillon de la chaîne de secours, les sapeurs-pompiers, par leur proximité avec les populations et les territoires, ont vu croître ces dernières années le secours d’urgence aux personnes (SUAP).
D’interventions en marge des compétences des sapeurs-pompiers, le SUAP est ainsi devenu en quelques décennies la principale activité des services départementaux d’incendies et de secours, représentant aujourd’hui 84% de leurs missions opérationnelles.

L’enjeu aujourd’hui est de sensibiliser les populations sur la véritable notion d’urgence que l’on oppose à la « bobologie ». Le constat est simple : de nombreuses interventions sont confiées aux sapeurs-pompiers alors qu’elles ne relèvent pas de leurs missions.

Objectif : rendre la population plus résiliente ; qui sollicitera ainsi les pompiers uniquement en cas d’urgence permettant de maintenir leur niveau d’efficacité opérationnelle.

Quelques exemples…

Antoine, 33 ans, s’est tordu la cheville en jouant au football. N’étant pas en situation d’urgence, ses collègues n’ont pas appelé les pompiers. Ils l’ont eux-mêmes pris en charge pour le transporter afin qu’il passe une radio de contrôle. La radio a révélé qu’Antoine avait une entorse ; le médecin lui a prescrit une attelle et des antidouleurs et il a pu rejoindre son domicile.

Grâce au bon réflexe d’Antoine et de ses amis, le système du secours d’urgence à personne n’a pas été encombré et les pompiers ont secouru dans le même temps une personne en urgence vitale qui a pu être sauvée.

Chaque année, le centre de traitement de l’alerte (CTA) des Pompiers13 reçoit 500 000 appels… mais tous les appels au 18 et 112 ne sont pas justifiés.
Le 15 juin 2019, l’opératrice du CTA reçoit l’appel de Brigitte qui appelle pour sa box internet en panne, qui relève, selon elle, d’une « urgence » !

L’appel prendra 3 min 22… Pendant ce temps-là, l’opératrice ne pourra pas prendre en ligne l’appel de Marie qui contacte les Pompiers13 pour son mari qui est en arrêt cardiaque.

Quelques minutes suffisent pour sauver une vie !

Valérie, 52 ans, a eu un grave accident de la circulation sur une route départementale en rentrant de son travail. A l’arrivée des sapeurs-pompiers, Valérie était incarcérée dans son véhicule. Il a fallu une longue intervention des Pompiers13 pour l’extraire de sa voiture.

Rapidement, l’hélicoptère de la sécurité civile est arrivé afin de la prendre en charge et la transporter vers l’hôpital le plus proche.

Heureusement le système du secours d’urgence aux personnes n’était pas encombré ce jour-là par des appels injustifiés et les sapeurs-pompiers du secteur étaient disponibles pour secourir Valérie, ce qui l’a sauvée !