Discours des vœux de Mr le Maire – Janvier 2020 (intégralité)

Avec l’ensemble du conseil municipal,

je vous adresse à toutes et à tous,

mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année,

en espérant qu’elle sera ce lieu où chacun trouvera sa place

et où il fera bon vivre.

Mesdames et Messieurs les Représentantes et les Représentants des structures qui se dévouent dans des conditions difficiles à tous les niveaux pour assurer notre sécurité, membres de la Gendarmerie, de nos Armées, de la Police Nationale, de nos Pompiers, de nos Forestiers Sapeurs, de la Police Municipale, toutes et tous femmes et hommes que je veux saluer et remercier en premier lieu aujourd’hui.

Mesdames et Messieurs les membres de ce que l’on appelle communément les « Corps Constitués » qui représentez fièrement nos grandes Administrations Nationales, Régionales et Locales,

Mesdames et Messieurs les Représentantes et les Représentants de notre vie associative, si riche d’activités et de militantisme, une vie associative qui constitue à Jouques une partie essentielle de ce que nous appelons notre différence, une différence qui fait notre force,

Mesdames et Messieurs les Représentantes et les Représentants du monde de l’Enseignement, de l’Éducation, de la Recherche, de la Santé, de la Vie Économique et Commerciale, du monde Sportif, de la Culture et de celui de l’Action Sociale, de la Solidarité, de l’Humanisme sous toutes leurs formes et dans tous les aspects de la vie,

Mesdames et Messieurs les élus des communes voisines, de la Métropole, du Conseil Départemental, du Conseil Régional et de notre Conseil Municipal,

Mes Chers Concitoyens,
Cher(e)s ami(e)s,

Mes premiers mots seront pour mon collègue, Maire de Signes, tué dans l’exercice de ses fonctions, en août dernier.

Il est vrai que nous, les maires ruraux, sommes souvent en première ligne, face à des incivilités qui sont de plus en plus nombreuses et de moins en moins punies. Je veux associer à cet hommage nos 13 militaires tués au Mali et les 3 pompiers décédés dans les collines du Rove, tous disparus accidentellement.

Avant de fermer complètement la porte de 2019, je voudrais avoir une pensée particulière pour ceux qui sont les plus démunis, qui souffrent de solitude, de maladie et pour ceux qui nous ont quittés en 2019, sans omettre les victimes et les sinistrés des intempéries survenues dans notre pays.

Je remercie tous les nouveaux habitants qui font l’effort de s’intégrer parmi nous, certains au travers de la scolarité de leurs enfants, d’autres au travers de nos nombreuses associations.

Demain, le conseil municipal sera ravi et fier de les accueillir en mairie pour faire plus amples connaissances et leur souhaiter la meilleure qualité de vie possible au sein de notre commune.

C’est toujours avec le même plaisir que je vous retrouve pour cette cérémonie qui nous permet d’échanger nos vœux de façon un peu formelle, mais qui reste, avant tout, une grande réunion de village essentielle parce qu’elle nous permet aussi de vous rencontrer.

Chacun peut retrouver ses amis, ses voisins, découvrir de nouveaux visages. Cette traditionnelle cérémonie est une véritable fonction de convivialité et confirme notre appartenance à une même communauté de vie.
Preuve, s’il le fallait, que nous ne sommes pas que des jouquo-jouquards.

C’est une année de transition, à plus d’un titre et, notamment pour nous, mes chers collègues élus, c’est la dernière année du mandat que les habitants nous ont confié en 2014.

Pour certains jouquards cela représente une éternité, pour d’autres, que j’espère quand même nombreux, une période supportable, durant laquelle nous avons pu travailler et faire avancer notre village dans ce 21ème siècle qui nous questionne tant.

Certains le regrettent, ils me l’ont dit et je les sais sincères. D’autres se sont ouvertement réjouis que l’ère du potentat local ait une fin. Sachant qu’ils n’avaient plus à m’affronter, certains, s’y voient déjà. Ils vendent la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Ils devraient, selon moi, calmer leur ardeur, car de mémoire de chasseur, pas d’ours tués à Jouques depuis la préhistoire.

2002, souvenons-nous pour celles et ceux qui étaient là !

C’était la première année où je m’adressais à vous pour présenter mes vœux en tant que Maire, avec une envie féroce de tout faire et plus encore pour ce village, d’aider à la construction de son avenir et de celui de ses habitants. Avec une volonté solide qui ne m’a jamais lâché, le désir d’administrer, d’officier, de représenter, de travailler pour les autres, pour le bien commun, en ayant toujours à l’esprit de « rester village ».

Chers collègues élu(es), femmes et hommes de dévouement et de fidélité, c’est toujours dans cet état d’esprit que nous nous sommes engagés en 2014 dans des projets pour lesquels beaucoup ne nous donnaient que peu de chances de succès.

MAIS NOUS AVONS GAGNÉ !

Petit tour d’horizon

Jouques n’est pas un village mort. La vie économique, les commerces et les services y sont nombreux et vivants. Jouques fait heureusement encore figure d’exception et il est essentiel de tout mettre en œuvre pour préserver cet atout majeur.

Ces commerces, ces services de proximité et son marché en plein centre du village, sont une fierté et une réussite pour notre collectivité qui a œuvré pour ce dynamisme et ce maintien. Nous avons eu à cœur de laisser un cadre de vie attractif, avec le souci majeur de garder au village son écrin de verdure.

J’ai été élu maire en 2001 après un mandat de conseiller municipal et deux mandats de premier adjoint. J’ai, à ce jour, été votre maire pendant 19 ans et donc élu pendant 37 ans.
Vous comprendrez, je pense, l’émotion qui peut être la mienne, à l’aube de ce dernier discours des vœux.

Je ne sais si j’appartiens à ce qu’il est de bon ton aujourd’hui, d’appeler l’ancien « monde », mais c’est ce monde qui a forgé tous mes engagements.

Une des plus belles choses qui peut arriver à une personne, c’est d’être maire du village où il est né. J’ai eu la chance et le bonheur d’être élu par vous et par ceux qui nous ont quittés. Je suis fier d’avoir vu naître des générations, de les avoir mariés et maintenant mariés leurs enfants, j’ai vu nous quitter trop de personnes que j’estimais, que j’aimais, qui m’ont toujours soutenu, qui était des exemples, des phares pour moi.

Bien sûr, pour qu’il en soit ainsi, encore faut-il aimer le contact avec les autres et les aimer. C’est, je crois, une de mes qualité.

Oui, j’aime les gens, j’aime échanger, partager, être à votre service, soutenir vos initiatives, vous représenter, mais j’aime aussi écouter. Comment s’enrichirait-on intellectuellement si l’on n’écoutait pas ce que les autres ont à nous dire ?

Mais, n’oublions pas que MAIRE est l’anagramme du verbe AIMER.
Votre présence est pour moi un signe d’amitié en ce moment un peu particulier.

C’est l’heure du bilan.
Un bilan de l’ensemble de mes mandats ? Non… ce serait trop long… trop fastidieux… et ce n’est de toute façon pas l’essentiel de ce que je souhaite vous dire ce soir.
N’attendez pas de moi aujourd’hui que je vous dévoile des plans, des grands objectifs ou de grands vœux pieux. Tout çà, c’est de la musique symphonique des campagnes électorales.

Pour les plus intéressés, je les engage à parcourir le livret municipal distribué fin août, qui reflète l’ampleur des actions et des réalisations qui couvrent nos 3 mandats municipaux.

Sa lecture permet de mesurer le travail accompli par l’équipe municipale pour valoriser, développer, embellir et protéger le cadre de vie de notre village au fil des ans et vous pouvez en flânant dans nos rues, en visitant les éléments de notre patrimoine, constater que Jouques a su conserver son côté traditionnel, tout en développant une vie pleine de charme.

Ce qui est certain, c’est que, lorsque je me suis engagé il y a 37 ans, je souhaitais que Jouques reste un village, avec ses spécificités, son identité et, même si nous sommes un peu plus nombreux aujourd’hui, nous avons su garder ces liens qui nous unissent.

Toutes ces aventures singulières vécues ensemble, chères Jouquardes et chers Jouquards m’ont profondément marqué au plus fort de ce que je suis.
Nous avons construit ensemble, avancé ensemble, sur des tas de sujets tellement différents. Nous avons sûrement déjà oublié une bonne partie de ce qui a été fait.

Mais ce qui est sûr, c’est que nous n’avons pas à rougir. Nous pouvons légitimement ressentir de la fierté pour ce qui s’est passé pendant toutes ces années.

En tout cas, je suis fier de nous.
Nous nous sommes battus… Je me suis battu…

Une bataille permanente car, j’ai connu des moments difficiles, voire très difficiles, ceux que l’on n’oublie pas… ceux que l’on oublie peu à peu… et qui sont vite remplacés par des projets si valorisants, par des victoires si florissantes et par des instants de vie si enrichissants humainement.

J’ai toujours combattu l’injustice et les mensonges. Je devais être plus fort que cela, vis-à-vis de toutes et de tous.

Car nous pouvons parfois être bousculés par des événements parallèles, sociétaux, qui interfèrent au quotidien dans notre action, mais dans ces cas-là, il faut savoir rester fidèles à ses engagements, garder le cap dans ses convictions, ses moyens et avoir la tête froide.
Ce ne sont pas les autres qui allaient faire pour moi, ce n’est pas dans ma nature… mais je devais faire AVEC et POUR les autres, c’est ce que je me suis efforcé de faire.

Cette fameuse expérience, dont on dit qu’elle n’est qu’une lanterne que l’on porte dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru, cette fameuse expérience m’aura finalement beaucoup servi et je souhaite que cette lanterne éclaire bien le chemin d’un autre.
J’ai une forte espérance dans la suite qui sera donnée. Je suis serein, confiant.

Les lignes bougent. Je vais pouvoir passer les manettes du train avec un village sur de bons rails et donc je ne me dis pas que c’est à la prochaine gare que tout va s’arrêter.

Ces enfants que je croisais à l’école il y a 30 ans, sont maintenant conseillères et conseillers municipaux… quel bonheur… Ils sont prêts pour rendre à notre République, ce qu’elle leur a donné… ils sont prêts à travailler pour l’intérêt général et pour les générations futures, seules ambitions qu’ils doivent avoir…

L’expérience dont je parlais il y a un instant, me fait dire qu’aujourd’hui, le maire a intérêt de réunir toutes les conditions d’une non-solitude : il reste, certes, très en responsabilité de par sa fonction même, mais il sait qu’il peut s’appuyer sur cette force vive que sont tous ses colistières et colistiers. Qu’il peut s’appuyer sur ses cadres et sur ses agents.

J’ai énormément appris à leurs côtés. Nous avons appris ensemble. Et tout cela servira à d’autres, pour la suite. Car finalement rien ne s’arrête… tout continue.

Hommages

Je place cette cérémonie des vœux sous le signe de l’hommage.
J’ai énormément apprécié de travailler aux côtés de l’ensemble de nos agents, en particulier aux côtés de Marie-Mathilde MOENARD, Directrice Générale des Services depuis 20 ans, rendez-vous compte du long parcours effectué ensemble au service de la collectivité.

Je voudrais ce soir lui rendre un hommage appuyé, ainsi qu’à l’ensemble de nos agents.
Je veux dire ma reconnaissance à toutes et à tous. Ma reconnaissance pour leur travail consciencieux, leur disponibilité, leur compétence et leur état d’esprit ; chacun dans son domaine au service de tous.

  • Hommage à celles et ceux qui, inlassablement, malgré les difficultés et les vents contraires, tissent dans leur domaine d’activités du lien humain. Je veux parler, bien sûr, des acteurs de la vie locale qui sont les membres des associations. On ne dira jamais assez l’apport du bénévolat dans la création de lien social qui devient, souvent, une véritable amitié. Le bénévolat est également un moyen de partager sa passion, de la vivre pleinement, de créer entre les habitants des liens de complicité, et d’estime qui préservent notre bien vivre ensemble, élément primordial de notre cadre de vie.

    Cet hommage parle d’histoire, de construction personnelle et collective, de gratitude pour ces hommes et ces femmes qui ont largement contribué à ce que notre commune et ses habitants sont aujourd’hui : l’identité humaine de notre village.

    Tous ceux qui s’engagent dans cette voie, je les remercie profondément, car ils accomplissent un acte essentiel, presque magique : ils donnent du sens à notre société, à notre vie.

  • Hommage à nos enseignants qui apportent avec beaucoup de compétence leur pierre à l’édifice si précieux de l’émergence des citoyens de demain ; sachant que l’éducation est le fondement de notre société.
  • Hommage appuyé à mon conseil municipal, majorité et opposition, ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui. J’ai toujours pu compter sur eux et je mesure la chance que j’ai depuis 19 ans. Les mois et les années passent et amènent parfois leur lot de difficultés et de peine, souci de santé, décès ou maladie d’un proche, difficultés familiales ou professionnelles, mais chacun reste à son poste et assume les missions qui lui ont été confiées.

Il faut être réellement passionné par son village et ses habitants et avoir le sens de l’engagement citoyen chevillé au corps pour accepter ces contraintes dans ces moments plus douloureux que la vie nous réserve à tous.

Je ne peux qu’espérer que cette aventure vous ait plu autant qu’à moi. Certains d’entre vous n’en ont manifestement pas eu assez, puisque, fous qu’ils sont, ils se lancent pour un autre mandat.

Quoi qu’il en soit, je ne regrette rien, absolument rien. Je me suis nourri avec un appétit certain de cette belle aventure humaine ; de tous les moments de travail, comme des moments festifs et chaleureux tels que celui de ce soir. Elle reflète à merveille ces liens qui nous ont unis pendant tout ce temps, avec parfois des peines, des engueulades, des joies et des éclats de rire.

Merci…

MERCI, alors. MERCI pour ces liens, pour votre soutien, votre franchise.

MERCI pour votre fidélité sans faille et votre investissement.

MERCI, finalement, d’avoir honoré toutes ces années de votre engagement personnel et humain.

« MERCI ».

Un seul mot, plutôt court, qui pourtant peut exprimer tellement de choses pour lesquelles nous avons du mal à trouver d’autres mots.
« MERCI » peut être l’expression de tant d’émotions, de gestes et de sentiments. En tout cas, souvent, nous voudrions aller au-delà de ce simple mot, sans trop savoir comment.
En préparant ce discours, je voulais vraiment approfondir ce que « MERCI » pouvait signifier pour moi, pour le Maire que j’ai été, que je suis encore.
Ce « MERCI » évoque de la reconnaissance et du respect de ce que chacun fait.

Chaque année et à chaque occasion qu’il m’est donné, je ne manque pas de remercier les pompiers, les gendarmes, les forces de l’ordre, qui sont toujours là pour nous, au moment où nous en avons le plus besoin.
Je sais quels sacrifices ils font, mais aussi quelles valeurs les animent chaque jour pour nous protéger.

MERCI au Conseil Départemental, à sa présidente Martine VASSAL, au Conseil Régional et aux Services Préfectoraux.

MERCI à nos maîtres d’œuvre et à nos entrepreneurs qui ont su accompagner l’ensemble de nos projets et contribuer à la mise en valeur de notre patrimoine.

De tout cœur… MERCI !

Une COP d’avance…

A l’initiative de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte-d’Azur et en partenariat avec l’État, a été lancé la labellisation “Territoire durable – une COP d’avance », destinée à valoriser et accompagner les collectivités dans la transition écologique. Le jury évalue les collectivités candidates selon plusieurs critères :

  • La démarche territoriale du développement durable
  • Le soutien de la transition énergétique
  • L’aménagement durable
  • Le développement de nouvelles mobilités et de l’économie circulaire
  • La préservation de la biodiversité de l’eau et des ressources naturelles
  • La promotion d’une alimentation durable

Ce label est attribué pour 3 ans et valorise l’engagement du candidat. Le jury identifie le niveau de performance de 1 à 4. Pour cette édition, aucune collectivité n’a obtenu le niveau 4, mais la commune a été classée niveau 2.

A été notamment retenu l’agenda 21, lancé par la municipalité en 2014, qui a permis de structurer un plan d’actions en matière de développement durable. Lauréat de l’appel à projet national pilote avec 9 autres territoires français « Zéro chômeur de longue durée », Jouques a créé ELAN (Entreprise locale d’activités nouvelles) qui a permis le recrutement de 100 personnes éloignées de l’emploi pour des activités écoresponsables : gestion d’une recyclerie, randonnées nature, travaux d’agroforesterie, aide à l’agriculture locale avec possibilité d’emploi ponctuel, etc …

Cette démarche constitue l’axe prioritaire engagée par la commune.

A noter également que le dossier de candidature déposé a mis en relief l’élément fondateur de toute la politique de développement durable au niveau communal, à savoir : l’adoption d’un PLU en 2008, dont le PADD a posé les bases de toute l’action menée. Territoire Zéro Chômeur constitue le volet social de cette action, mais il faut souligner que la préservation de la qualité de vie ne se limite pas au traitement du chômage de longue durée.

Ce prix nous a été remis à Lourmarin le 9 décembre 2019. A noter, qu’à ce titre, une 2ème distinction nous a été attribuée à Paris le 1er juillet.

Notre commune a fait partie des 40 nominés et félicitée à la manifestation des « Trophées 2019 – Fier de ma Commune » ; sachant que 570 candidatures ont été reçues. Cette manifestation a été organisée par l’Association des Maires de France, France Infos et la Gazette des Communes.

ET LA ENCORE NOUS AVONS GAGNÉ !

Les enjeux écologiques

Avant de conclure, j’aimerais vous rappeler que tous, vous, nous, citoyens et élus, devons prendre conscience, très vite des enjeux écologiques des années à venir.

Rappelez-vous la légende du colibri évoquée dans le discours des vœux d’il y a 2 ans. Je vous la rappelle :

« Un jour, il y eut un immense incendie de forêts. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes d’eau avec son bec pour les jeter sur le feu.
Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire lui dit : Colibri, tu n’es pas fou ! Ce n’est pas avec ces gouttes que tu vas éteindre le feu !
Et le colibri lui répondit « Je le sais, mais je fais ma part ».

Cette légende nous apprend :

Plutôt que de ne rien faire face aux problèmes environnementaux, sociaux et économiques actuels, parce que nous nous sentons impuissants ou que nous pensons que la solution doit venir des autres, nous pouvons agir avec nos compétences, à notre échelle et, même si pris isolément nos actes semblent dérisoires, c’est grâce à la somme des colibris que les choses changent.

Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.

Voyez l’Australie qui est en train de disparaître sous nos yeux dans la fumée des flammes.

Dans le cadre de l’agenda 2030 redéfini en février 2018, l’État s’est engagé concrètement en faveur du développement durable. Il travaille sur une feuille de route nationale de mise en œuvre des « Objectifs de Développement Durable ».

Demain, ensemble, nous devrons organiser :

  • La lutte contre le changement climatique et la protection de l’atmosphère
  • La préservation de la biodiversité, de la protection des milieux et des ressources
  • La cohésion sociale et solidarité entre territoires et entre les générations.

Au revoir…

Voilà ce que je voulais vous dire. L’heure de la retraite a sonné.

Mais soyez assurés que je serai mobilisé jusqu’au dernier jour de mon mandat pour Jouques. Et même encore après, j’aime trop mon village pour le quitter et m’éloigner de tout ce qui le fait vivre.

Je vous retrouverai différemment. Et puis j’ai tellement d’amis parmi vous et tellement envie de continuer à vivre avec vous.

Si ce soir marque une fin de mon action publique, même s’il s’agit d’un adieu pour le maire que je suis encore quelques semaines, il ne s’agit que d’un au-revoir pour l’homme et le citoyen que je serai demain à vos côtés.

Les gens croient que c’est en partant qu’on les oublie, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que c’est en partant qu’on pense le plus à eux.
Je vous promets de me souvenir.

Car c’est ce qu’il y a de mieux, les souvenirs, quand plus rien d’autre n’existe. Je vous promets de ne jamais oublier. Vous avez marqué ma mémoire et mon cœur beaucoup plus que n’importe qui d’autre. Vous avez su faire de moi quelqu’un de mieux.
J’ai grandi avec vous, j’ai changé avec vous.

Je pourrais vous remercier des centaines de fois ou encore vous promettre de vous revoir, mais le temps sépare les chemins, vous le savez. Alors je vous promets de me souvenir. De tout ce qu’on a traversé, mais surtout de nous.

J’ai porté l’écharpe de maire avec simplicité, avec dignité, mais toujours avec fierté et volonté lorsqu’il s’agissait de représenter Jouques.
Toute l’équipe municipale se joint à moi pour présenter très chaleureusement nos vœux de bonheur, de réussite et de santé à vous tous ici présents et à ceux qui vous sont chers.

Que cette nouvelle année soit belle et heureuse.
Qu’elle vous apporte des satisfactions et des joies petites et grandes.
Et à Jouques, notre si beau village, un vœu d’avenir qui est là.

Bonne et heureuse année 2020 !

Avant de terminer, je voudrais remercier les personnes qui ont contribué à l’organisation de la cérémonie de ce soir, elles se reconnaîtront.

Je vous invite maintenant à nous retrouver autour du buffet pour partager un bon moment de convivialité.

Merci pour votre écoute.

Vive Jouques
Vive la France.